004 – Atelier du 5 décembre 2014

1°) C’était la première fois que…
Continuez ce petit bout de phrase. Poème, petit récit, pensées…
A vous de choisir mais ne pas dépasser douze lignes.

pivoine

C’était la 1e fois que je voyais une pivoine bleue. D’un bleu si intense que cela forçait instantanément l’admiration.
Elle venait des pentes de l’Himalaya, m’a informé mon-jardinier amateur, dans le jardin duquel, tout à fait par hasard, j’avais osé pénétrer.
Pivoine bleue, jardin chinois, calligraphie et méditation, nous ne nous arrêtions pas d’échanger et de nous émerveiller mutuellement. Depuis ce jour mon jardinier est devenu un ami, et la pivoine bleue mon porte-bonheur et le symbole des mystères de la nature.
Car, malgré toues mes tentatives de culture ( boutures, semis, soins divers avec ou sans produits…) je n’ai jamais pu l’acclimater dans mon jardin.

Christine

C’était la première fois qu’il se sentait aussi minuscule. Perdu dans un océan de verdure. Pris en otage par les effluves des fleurs et le bourdonnement des insectes. Étrangement, le grand air le faisait suffoquer.

oceanIl tenta de repérer un refuge : un rocher quelconque, une clairière à l’herbe rase, le foyer d’un feu de camp, un espace quelque peu déserté par Mère Nature mais il n’en vit aucun. A court d’idées et d’oxygène, il sortit de sa besace du gel antibactérien dont il se badigeonna les mains et le visage. L’odeur âcre et entêtante lui rappelait celle des couloirs de métro et des toilettes du travail, l’urine en moins. Enfin des sensations familières… Rassuré, il put poursuivre son chemin.

Elodie

 

2°) Bric à brac de mots en vrac !
L’hiver est presque là… Quels mots vous inspire-t-il ? Chacun en propose un. Se laisser inspirer par l’ensemble des mots. Ne pas forcément les utiliser tels-quels mais ils doivent jouer un rôle dans la composition du texte.

Je ne sais pas pourquoi, on m’a plantée au beau milieu d’une table rouge couverte d’une pluie de paillettes. C’est effrayant ! Ici, je suis entourée de braillards et d’ivrognes. Colonisée par une horde de nains armés de scies et de haches. Gelée jusqu’aux os. Pour ne pas dire jusqu’au cœur.
Ceci dit, au moins, il fait chaud. Alors que je végétais dans mon sarcophage de givre, je rêvais d’un peu de chaleur, de braises incandescentes dans la cheminée, de l’odeur réconfortante d’une raclette ou d’un chocolat chaud, de la douceur de charentaises. Et si ce soir, j’étais enfin exaucée ? Il paraît qu’il s’agit d’une nuit magique. Ah ! Quelqu’un s’apprête à parler et brandit une sorte de baguette aux éclats métalliques :

bûche
 » Qui veut de la bûche glacée ? Dit-il avec enthousiasme. Une petite part ou une grosse part ? »

Elodie

Recette des oranges givrées: orange
Pour 4:
– Prenez 50 cl d’eau de pluie, ajoutez le jus de 4 oranges et 2 pamplemousses. Faites refroidir ce mélange au congélateur 30 minutes. Puis sortez le et écrasez le à la fourchette.
– Coupez en 2 dans le sens de la longueur, 4 charentaises grises un peu évidées. Remplissez les au tiers du mélange orange puis de noisettes pilées et de quelques pincées de cannelle .

Ce dessert est un vrai sortilège des neiges, à déguster après un repas copieux comme une raclette, à coté d’un bon feu de cheminée, à alterner avec un chocolat chaud à la cannelle.

NB: les charentaises grises, ces délicieuses poires d’hiver, peuvent être remplacées par des louises-bonnes .

Christine

3°) Ce que cache le titre :
Un attaché de presse doit présenter – en le résumant – un livre qu’il n’a pas lu portant un de ces titres. Il imagine quelle histoire (ou biographie, mémoires, poèmes…) peut cacher un tel titre.

La forme de l’eau     Dieu git dans les détails    Tout ce que j’aimais
Détruire, dit-elle    Le K    Le bruit et la fureur    L’étranger dans la maison
Lent dehors    La part manquante    Apprendre à finir

« Détruire, dit-elle. »
Vaste programme. C’est pourtant l’objectif que poursuit dans ce roman l’assassin prêt à tout pour éradiquer une riche famille de Lyon et en effacer définitivement le nom.
Quels secrets cachent cette famille dont la réussite insolente s’est faite au détriment de son intégrité ? Qui s’est soudain transformé en chevalier de l’apocalypse ?

chevPourquoi une telle rage ? Voilà les questions auxquelles tente de répondre Jeanne Barry, jeune lieutenant fraîchement émoulue de l’Ecole de Police dont l’esprit cartésien va être mis à rude épreuve.
Un premier roman qui ne vous laissera pas indifférent. Un rythme effréné, un suspense haletant, des rebondissements à vous faire tomber du lit, cette œuvre noire pimentée de fantastique est susceptible de vous faire passer quelques nuits blanches.

Elodie

4°) Image

J’ai hésité avant de soulever le battant de la porte…

porteL’odeur viciée qui me parvenait à travers les planches rongées par le temps n’était pas très engageante. Mais la curiosité était trop forte. J’ai pris mon courage à deux mains et tenté une première incursion.
La cour intérieure de l’immeuble était sombre et humide. Le genre d’endroit sinistre qu’on évite la nuit de peur que l’ombre ne renferme quelques pièges. Au bout de cette cour, une étroite fente de lumière pâle luisait à travers ce que je supposais deux volets asymétriques.
Pourquoi m’avait-on invité à venir ici sans plus de détails ? Étais-je l’objet d’un complot ? Étais-je recruté par une compagnie de brigands ? Ou convié à l’entrevue secrète d’une loge franc-maçonnique ?

fmA mesure que j’avançais, le mystère s’épaississait.
La porte du rez-de-chaussée était entrouverte. Je risquai un œil, un « Y a quelqu’un ? » peu assuré. Puis je poussai la porte. Et tous les projecteurs se sont allumés brusquement
Paniqué et aveuglé, je m’écrasai contre le mur, les bras contre mon cœur qui battait la chamade. Le couperet est tombé à ce moment-là. Une foule d’individus s’est ruée sur moi pour m’asséner le coup final : « Bon anniversaire !!! », se sont-ils écriés en chœur.

Elodie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s