05- Atelier du 21/12/12

1) Pour commencer ce dernier atelier de l’année, entre un toast de foie gras, des champignons maisons (pas hallucinogènes) un verre de vin chaud et une flûte de champagne… nous écrivons chacun un début de poème ou de chanson que nous faison passer au voisin qui s’inspire de ce qui a été écrit, glisse un vers ou deux avant , après, au milieu, rallonge, réduit…puis transmet au suivant qui enlève ou rajoute, le dernier tentant de donner corps au poème ou à la chanson!! Tout un programme…pas toujours aisé. Voici les résultats

Au sommet du Machu Picchu m’en allant promenermac
J’ai croisé un poète mandchou quelque peu allumé.
Il mâchait de l’herbe, pareil à un lama
Il écrivait des vers comme Pablo Neruda
Son calendrier, il avait oublié
Au fond de la grotte qu’il avait habitée.
Il mâchait de l’herbe, pareil à un lama
Il écrivait des vers comme Pablo Neruda
Son bâton de pèlerin sortait de sa capeline
Poursuivant son chemin, je l’ai quitté, coquine…

chansonPour toi une chanson douce
Elle est désarmée, elle chante la paix.
Doigt pointé, disait Emilien
Nez levé, répondit le chien
Un hymne pour les hommes,
Une berceuse l’air de rien
Et les femmes toutes en chœur
Entonnent l’air dès à présent
Hommes et enfants, reprenez en chœur
La chanson douce que me chantait ma maman

Ensemble nous danseronspont
Sous le pont d’Avignon
Ensemble nous nous sauverons
Sous le pont d’Avignon
Champignons et lampions
Eclairent le fleuve bleu
Nom de Dieu de parbleu
Ensemble nous passerons
Sous le pont d’Avignon
Je te prendrai dans mes bras
Nous danserons
Sous le pont d’Avignon
Ensemble nous mourrons.

insectes-cafard-00007Hiver infernal, glacial et fatal
Des cafards en vacances
Des retours d’espérance
Enfer hivernal, lacrymal, séminal
C’est triste l’hiver, les cafards
Sur la route de l’enfer sans retour.

Ça ne se boit pas, ça se mangegigot
Mais ce n’est pas fait pour ça,
Les os de gigot,
Ça ne bouge même pas
Mais ça craque sous la dent
Ça ne fond même pas
Mais ça se grignote
Les os de gigot

souliersDes petits souliers rouges
Pour aller bon train
Aux pieds, ils ont des courges
Pour traîner au jardin
Des instants qui durent
Et que l’on briserait bien
Comme un verre de cristal
Tombé de l’étagère
Comme un mot volé
sourisEchappé des lèvres
Des instants qui fusent
Et que l’on garderait bien
Quand les souris s’amusent
Au tout petit matin.

Du haut de Bugarachbug
Veille sur nous l’ours blanc
Celui qui bien effraie
Tous les petits enfants

De ses yeux perçants nous suit
Du haut de la montagne noire
Le loup dans la vallée poursuit
Dès que revient le soir

Du haut de Bugarachapache
Veillent le loup, l’ours blanc
Dans la grotte un apache
Fait la danse du vent

Ses signaux de fumée
Nous piquent les yeux
Et nous disent en blanc
Que nous soyons heureux

Que le loup, l’ours blancloup ours
Qui font bien peur aux gens
Vivent en paix et veillent
Jusqu’à la fin des temps.

chat_061(sur l’air des prisons de Nantes)

 Dans la maison d’Claudine
La di dom, la di la di la di dom
Dans la maison d’Claudine
Y avait un chat sournois (bis)

 Dans le panier du chat
La di dom, la di la di la di dom
Dans le panier du chat
Une souris rose en bois (bis)

La souris rose en bois
sourLa di dom, la di la di la di dom
La souris rose en bois
En bois de cade ma foi (bis)

 Ce bois de cade est roi
La di dom, la di la di la di dom
Ce bois de cade est roi
Pour brûler il est roi (bis)

chat-mange-souris N’a pas brûlé cette fois
La di dom, la di la di la di dom
N’a pas brûlé cette fois
Car la souris en bois
A fini comme un rat

 A fini comme un rat
La di dom, la di la di la di dom
A fini comme un rat
Dans la gueule du sournois (bis)

 

Avant la fin du mondephoto-illustration-archives
Laisse moi t’étreindre encore quelques secondes
On dit qu’elle est pour ce soir
A tous je dis au-revoir

Festoyons encore,
Que cidre et vin chaud
Coulent à flots !

Nous les écrivaillons, résisterons,
A coup de plumes, à coup de mots,
A coup dans l’aile, à mots d’oiseaux
Dans un autre monde je te retrouverai

Festoyons encore,
Que cidre et vin chaud
Coulent à flots !

Là-bas si Dieu veutcal3
Encore je t’aimerai
Et si le diable préfère, je te suivrai en enfer
Je serai l’ombre de tes pas
Je te suivrai où tu iras

Festoyons encore,
Que cidre et vin chaud
Coulent à flots !

Dans un autre temps, la terre a tremblé
Là-bas sous les pas des gouffres mayas
Quand les dieux n’étaient pas en colère
Qu’ils n’avaient pas encore trop bu de bière

 

 2) Pour le deuxième atelier, Emmanuelle avait apporté deux jeux de cartes divinatoires. Chacun a pioché une carte puis une autre et s’est laissé inspiré pour écrire un texte.

Que le temps file entre nos doigts Gif-oiseau-qui-chante
Qu’importe
S’il est bien rempli
De chants d’oiseaux, de ciels d’azur,
De moments rien qu’à soi, sereins
De silences paisibles
Où nul ne se croit obligé de parler.
De respirations profondes,
De rires aux éclats, de joie partagée,
De silences surtout, de solitude.
Je veux remplir mes jours, mes nuits
D’attente. D’instants à ne rien faire,
De pensées vagabondes,
De rêveries d’ailleurs,
A bayer aux corneilles, bras ballants,
Observer le temps qui file entre mes doigts
Rester dans la lune,
Ignorant les mouches importunes
Respirer chaque seconde
Plus précieuse qu’un tour du monde

Emmanuelle

C’est la roue de la fortune
Certains meurent, certains crient, moi je pleureroue
Toit tu souris, tu m’imites et je ris
La roue tourne, tourne la vie.

La roue l’a décidé, l’aiguille s’est arrêtée, le sort est jeté.
Ton destin est scellé
Ami, tu n’as qu’une vie et la tienne est là.
La roue a décidé pour toi. Que reste-t-il de tes choix ?
Tu te sens enfermé dans un jeu de hasard.
Les cartes sont truquées, tu n’avais rien demandé
La roue tourne, tourne la vie.

Tes envies, tes désirs te porteront encore ?
Encore et toujours , ils te pousseront
Eux seuls encore, ils t’égareront par les chemins de traverse,
Eux seuls te feront parcourir le monde
Relancer l’aiguille de la roue de la fortune
La roue tourne, tourne la vie.

Cathy L.

Elie mon petit

Il crie et s’agite51735
Comme s’il avait
Le monde à conquérir
Il trépigne et insulte
D’invisibles ennemis
Casse des objets
A grands moulinets
De son épée
Et tout à coup se fige
Descend prestement
De son cheval de bois
Et file se cacher
Sous les draps.
Il a entendu
Le pas lourd
De son Papa

Solange

rr

Rome fut bâtie par Romulus et Remus et un groupe d’hommes qui ne savaient comment faire pour attirer des femmes des villes voisines. Ils inventèrent divers stratagèmes, comme de les capturer de force, mais les pères et les maris en colère, fort mécontents vinrent les combattre durement.

Alors ils inventèrent des jeux auxquels ils invitèrent les hommes et les femmes des autres villes. Puis vinrent des repas et des fêtes. Effectivement beaucoup de femmes furent séduites par cette ambiance joyeuse et certaines voulurent rester.

Rome commença alors à grandir et à faire l’admiration de ses voisines…

La croissance de la Ville Eternelle est assez simple à raconter. Par contre, qui pourrait expliquer d’où est venue sa chute ? Quels événements caractéristiques ont bien pu venir à bout de l’inventivité et de l’enthousiasme de premiers Romains.

Christine

cap1

Au premier regard… c’est le Cap d’ Agde en plein été. Mais ce n’était pas une mode au début des temps , la nudité. Maintenant, c’est souvent affaire de bobos. Eux, ils n’avaient rien, rien à se mettre sur le dos. Tout est affaire de décor, le spectacle est permanent. Nous ne pouvons changer de corps, nous nous adaptons, évidemment.

Jean

ben-hur1

Ne monte pas sur tes grands chevaux, arrête ton char Ben Hur ; tu avançais sabre au clair, déchirant la nuit et la lande de tes sarcasmes, croyant que ta position de guerrier t’octroyait tous les pouvoirs, ignorant éhontément les règles de la bienséance, t’imaginant que les femmes n’étaient que des citadelles à prendre, victimes expiatoires que la loi des armes suffisait à réduire à l’esclavage. Tu pratiquais la politique de la terre brûlée, exhibais fièrement tes cicatrices témoignant de ton ardeur au combat. Tu te croyais indestructible. Jusqu’à cette nuit sous la lune, quand la femme nue t’est apparue. Elle était entourée de créatures simiesques. Un halo de lumière éclairait sa beauté païenne. Pour la première fois de ta vie, tu t’es senti vulnérable ? Mais qu’importe la peur, il fallait qu’elle soit tienne. Tu t’es approché d’elle jusqu’à la frôler et là, quand vos regards se sont croisés, elle a vu le mal en toi. D’un geste lent et harmonieux, elle a levé le ras vers la lune alcaline et là, puissant guerrier hérissé de cicatrices, tu t’es changé instantanément en statue de sel.

statue

Christian

CIMG0575Dans un arbre perchée,
Ma cabane de fortune
Tenant lieu de palais,
J’y avais pour coutume
D’y dormir tout l’été.
J’y cueillais pour pitance
Des fruits ronds et dorés
Qui me parlaient d’enfance
Joyeuse, passée à glaner.
Mais l’hiver installé
Dans la ramure de l’orme
La cabane abandonnée
Faisait figure de fantôme.
Hélas, plus de haver de paix
Un repère ouvert à tous vents
Tout de branchages noirs dressé
Qui faisait peur aux enfants.
Je n’y remettais pas les pieds
Avant le printemps revenu,
Avant que verdissent les prés
Que les feuillages cachent à la vue
Ma cabane de fortune dans un orme perchée.

Cicé

Arrestation du  trio de voleurs de voitures.

utrillodalipicassomirokleecézannebosch

La toile s’est enfin refermée sur les frères Bosch. Rue des Beaux-Arts, ils ont été pris en flagrant Dali de vol d’une Picasso.  Voici le tableau : Jérôme, un peu Miro a coincé son porte-Klee dans la portière, ce qui a déclenché l’alarme. Ils n’ont pas esquissé le moindre mouvement à l’arrivée des policiers ravis de cette perspective. Ils pourront toujours tenter d’ouvrir la porte de leur geôle en criant : « Cézanne, ouvre-toi ! »

Laurent

L’année 2012 est morte, vive l’année 2013 !! :
ami lecteur, nous te présentons nos voeux :

Pour cette nouvelle année, pour  bien te mettre à l’aise
Il te faut choisir les vœux qui te plaisent :
Chausser des charentaises ou filer à l’anglaise
Escapade camarguaise ou rando népalaise ?
Une virée finlandaise,  une ballade congolaise ?
Un bon poulet basquaise à la sauce béarnaise
Une pizza calabraise à la sauce bolognaise ?
Escalope milanaise et moutarde dijonnaise
Fouace aveyronnaise,  piperade bayonnaise
Charcuterie lyonnaise, tapas barcelonaises
Gagner un max de pèze en vendant des merguez
Goûter  simplement aux saveurs libanaises
Et déguster des fraises dans les fumées havanaises
En arrosant le tout d’une vodka polonaise ,
D’une cuvée bordelaise, d’une liqueur de mélèze
D’une boisson écossaise, d’une tournée beaujolaise !
Chanter la Marseillaise ou bien la Paimpolaise ?
Danser la javanaise avec un mec balèze
Écouter des fadaises, écrire des foutaises …
Faire une course camarguaise et jouer à la Lyonnaise
Acheter de nouvelles chaises, relire la Genèse
Accrocher aux cimaises vos estampes japonaises
Lire un Corto Maltese en chantant un fa dièse ?
Bronzer dans la fournaise en barbotant la glaise
Apprécier les massages d’une jolie Thaïlandaise
Ou jouer les fakirs en marchant sur la braise
Et  se couvrir le corps de milliers de punaises
En évitant  de glisser du haut d’une falaise…
Enfin trouver un truc qui simplement t’ apaise
Qu’elle ne soit pas mauvaise, surtout ne te déplaise
Pour toujours être à l’aise cette année 2013 !
Bonne Année  

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s