10 – Atelier du 17/05/2013

1) Une expression au pied de la lettre

Chacun ayant fait une proposition c’est l’expression « mettre son grain de sel » qui est retenue. Chacun s’en inspire pour écrire un texte la prenant au pied de la lettre.

Être mauvais perdant souvent
Fait perdre sa dignité en même tempsfourmis
Nous l’allons montrer à l’instant.
Deux fourmis qui jouaient aux dames
Semblaient jouer leur vie
Ou quelque mélodrame
Ayant déjà perdu
La première partie et la revanche,
La première fourmi se retranche
Derrière les grains de poivre
Laissant à l’autre les grains de sel.
Assez vitejeu-de-dame
D’un air suave
Pour distraire sa concurrente
Et détourner son attention
Elle l’entraine dans une discussion
Sur l’invasion
D’une horde de moucherons.
L’autre fourmi s’enflamme
Et n’étant plus au jeu
Elle met sans réfléchir son grain de sel
Que sur  le plateau aussitôt
L’autre avec sa dame mange
gagnant la belle.
Il n’est pire mauvais perdant
Que fourmi prenant les devants
en déconcentrant sa rivale.
Même sans tricher
On peut porter atteinte à la morale
Et une fourmi on le sait
Fourmille d’idées.

Emmanuelle

Il monta dans la salle de bains sous le regard médusé de sa fille. Il faut dire que pour une 48446628fois, chaque marche de l’escalier résonnait sous son pas coléreux. Son père était furieux et le faisait savoir. Il n’en finissait plus de le faire savoir d’ailleurs.

Amanda vit voler par-dessus la rampe une brosse à cheveux, le flacon neuf du gel douche, un pot de crème pour visage et entendit soudain un hurlement de satisfaction suivi d’un étrange monologue : »Ah, ma fille tu vas voir! Tu trouves que je me mêle de ce qui ne me regarde pas eh bien tu vas voir, tu vas voir… »

Elle vit effectivement son père descendre les marches d’un air triomphant en brandissant l’objet, se précipiter à la cuisine, ouvrir le pot en verre et attraper délicatement un grain de sel avec une pince à épiler.

Elle allait poser une question, se renseigner sur l’état mental de son géniteur mais les mots lui restèrent dans la gorge. Il s’avança vers elle furieux et mit dans ses cheveux ce tout petit grain de sel en lui disant : Que tu le veuilles ou non, je suis ici chez moi et si je veux commenter ta vie, c’est encore mon droit !!… »

Solange

selMettre son grain de sel, se mêler de ce qui ne nous regarde pas, mettre les pieds dans le plat, foncer dans le tas, comme un éléphant dans un magasin de porcelaine, comme un fauve en rut dans la jungle rogène; oui, s’immiscer là où on ne devrait pas même si l’on n’a pas un avis éclairé sur la question, simplement pour l’amour du sport, pour le sel qui fait que ce grain de sel nous exhorte à ne pas bêler à l’unisson comme des moutons…

Christian

Germaine prépare sa soupe depuis l’aube ; le fonds de la veille lui a servi de base. La Sel2remuer l’empêche de penser. Depuis deux jours, Bertrand, son mari, n’est pas rentré à la maison. Que lui est-il arrivé ? Il neige depuis l’aube. La ville est à 15 km. Germaine rajoute un oignon. S’est-il blessé ? Où a-t-il passé la nuit ? La soupe fume. Germaine la goûte, elle lui paraît fade. Soudain la porte s’ouvre, c’est Hélène la voisine, le visage camouflé sous son cache-nez. Elle goûte la soupe elle-aussi. « Tu devrais rajouter  un grain de sel,elle est fade. Ah, tiens, je n’ai pas vu Bertrand descendre au champ ce matin…

Cathy Be

A l’atelier, on a toujours du grain à moudre mais ce soir, c’est le bouquet ou le pompon ! Il faut écrire un texte en prenant une expression au pied de la lettre… Christian part bille en tête. Faut dire qu’il est à cran ce soir ! Emmanuelle, comme toujours a le pied à l’étrier. Cathy Bo semble avoir mangé du lion tant on la sent à l’aise avec ce sujet. Géraldine n’est pas en rade et parviendra facilement au bout du tunnel. Cathy Be, embarquée dans la même galère est sur la brèchemais fait un peu la fine bouche. Solange, très à cheval sur la consigne trouve chaussure à son pied. Elle trouve une pirouette. Jano est dans le coup et joue cartes sur table.

3108006-jouer-cartes-sur-tableQuant à moi, je me trouve dans de beaux draps, je me ronge les sangs pour trouver une oiseauchute. Je travaille volontiers du chapeau. Ne faut-il pas avoir un grain (de sel) pour faire partie de ce groupe ? Je dois veiller au grain (de sel) pour ne pas sombrer dans la folie. Je décide alors de séparer le bon grain (de sel) de l’ivraie pour comme d’habitude m’arranger avec la consigne et finalement mettre mon grain de sel sur la queue d’un moineau !

Laurent

 selSi l’on arrive en retard à une réunion, n’est-il pas préférable d’écouter avant de s(immiscer dans le débat ? Le sel pour qu’il soit apprécié; il est souhaitable de ne pas en abuser et de le mettre au bon moment. Après quand on a saisi l’angle de la conversation ou que l’on a goûté, on peut peut-être ajouter son grain de sel !!

Jano

2) Etranges rencontres

sanglier_005Nuit du premier de l’an. Après un réveillon bien arrosé, il vaudrait mieux ne pas prendre le volant. Qu’en pensez-vous ? Mais cette fête se passait dans une vieille grange. Dormir sur la paille avec comme compagnons puces et rats, il valait mieux tenter l’aventure, rentrer en voiture. La route traversait un grand bois et d’autres animaux plus gros pratiquaient aussi une activité nocturne. Dans un virage, quelle ne fut pas ma surprisede me trouver nez à nez avec un troupeau de sangliers. Je ne pus les éviter. Depuis, la voiture est chez le carrossier et moi je déguste de la daube  à tous les repas !

Jano

Il se promenait entre les tombes8cea9459
Un besoin viscéral d’être loin du monde
Ses pas l’avaient amené là par hasard
La grille était ouverte
Le silence du lieu attirant
La verdure contrastant
Avec le béton environnant
Quel calme là-dedans
Se dit-il
Lorsqu’il vit stupéfait
A quelques mètres de lui
Un groupe de gens transparents
Qui jouaient sans bruit
De l’accordéon
Il sortit précipitamment
Du cimetière
Se promettant intérieurement
D’arrêter immédiatement
Les médicaments.

Solange

mon-univers-magique-en-gif-avril-8008628Pourquoi ne suis-je pas resté dans leur vaisseau ? Je me le demande encore. Ils m’y avaient pourtant invité avec insistance et convivialité. Mais je n’ai pas osé. Peut-être à cause de leur aspect gélatineux, de ces plaques vertes peu ragoûtantes qui leur couvraient le corps ou peut-être à cause de ce borborygme suraigu qui leur tenait lieu de langage. En tout cas, à présent je le regrette. Car au delà des apparences, il émanait de leur vaisseau une ambiance survoltée. D’énormes enceintes hélicoïdales déversaient du Ottis Redding à plein volume tandis que le champagne coulait à flot. Des créatures lascives déambulaient au gré des carreaux lumineux qui couvraient le sol dévoilant sensuellement leurs plus beaux atours. Il s’échappait de leur habitacle une suavité et une sérénité que je n’avais jamais ressenti auparavant.

Aujourd’hui je suis là au café du commerce de Montarnaud à entendre parler de la crise ou des vertus du Front national. Mais pourquoi ne suis-je pas resté dnas leur vaisseau ??

Christian

Il avançait sur le pont, nonchalant, un vague à l’âme. La brume recouvrait le fleuve, le brouillard s’agglutinait sur le pont. Il allait sans but, depuis ce matin déjà, guidé par ses pas. Le ciel ne se dégagerait pas aujourd’hui. Il la vit. La silhouette  paraissait pressée, s’avançant vers lui.brouill

Un homme, ce devait être un homme, dans la force de l’âge. Un frisson le parcourut, une envite subite de se jeter dans les bras de cet inconnu. Bientôt, il serait à sa hauteur et pourtant, la brume paraissait plus dense encore. La silhouette semblait s’évanouir en s’approchant. Encore quelques pas…

La force d’attraction était insoutenable. Soudain il perçut des sons, l’inconnu lui criant des mots qui se perdaient dans l’humidité. La distance entre les deux hommes paraissait incompressible. Puis l’inconnu se mit à courir jusqu’à la ville. L’homme resta là. Sur le pont. Perdu.

Cathy Be

3) Imaginez une suite à ce récit en incluant un objet insolite donné par quelqu’un.

La pièce était vide. Dans la maison, il n’y avait aucun bruit. Il fit quelques pas, regardant avec curiosité autour de lui. Il espérait n’avoir pas à attendre longtemps…
Il collectionnait les nains de jardin. C’était une passion. Tous ses voisins étaient au 6e8e272dcourant. Ses amis aussi d’ailleurs. Quand il les invitait, pas de surprise, ils lui offraient un nain de jardin. Il lui fallut acheter un morceau de terrain pour agrandir son jardin. Tous les matins, il allait parler à ses nains.
Mais son grand bonheur vint le jour où sa fille fut embauchée comme hôtesse de l’aire à Air France. Elle adorait son père, connaissait sa passion et à chaque escale elle achetait un nain de jardin. En arrivant , elle le déposait dans le nouvel espace en cachette. Son père qui n’imaginait pas que sa fille puisse user d’un tel stratagème était au comble du bonheur quand, au lever du jour, il rencontrait un nouveau nain. Ce matin là, il trouva un Père Noël nain et depuis, il y croit !

Jano

La pièce était vide. Dans la maison, il n’y avait aucun bruit. Il fit quelques pas, regardant avec curiosité autour de lui. Il espérait n’avoir pas à attendre longtemps..
bebe039
Il avait donné rendez-vous à son dealer dans un endroit calme mais ne connaissait pas cet endroit. Le plus important était que les flics n’aient pas l’adresse? Il repensait en souriant a ce film vu la veille où la coke avait été cachée dans une couche-culotte. Dans la situation présente, cela devait être beaucoup plus simple. Il avait l’argent, on devait lui donner les sachets. Il attendit encore quelques minutes lorsque le cri d’un bébé lui firent penser que peut-être la réalité rejoindrait la fiction.

Solange

La pièce était vide. Dans la maison, il n’y avait aucun bruit. Il fit quelques Johnny-Hallyday-REUTERSpas, regardant avec curiosité autour de lui. Il espérait n’avoir pas à attendre longtemps…l’arrivée de Johnny Halliday. Il piaffait d’impatience. Depuis tout petit, il était fan du chanteur, connaissant sur le bout des doigts sa carrière, possédant une kyrielle impressionnante d’objets ayant trait à la star… statuettes, posters, tee-shirts, ouvre-boîtes, préservatifs, eau de toilette…
Bref, lui, le grand gagnant du grand concours NRJ « A que Johnny » avait le privilège de recevoir l’idole des jeunes et moins jeunes chez lui. L’attente devenait insoutenable. Qu’allait-il lui dire ? Serait-il susciter son intérêt ? Tout à coup, la sonnette retentit. Il ouvrit tout de go la porte. Son idole se tenait là, dans l’entrebaîllement de la porte, irisée de lumière. Sa voix retentit comme une mélopée improbable: « Salut ! A que c’est Johnnny! A que tu aurais un coton tige. J’ai une oreille bouchée ! »

Christian

La pièce était vide. Dans la maison, il n’y avait aucun bruit. Il fit quelques pas, regardant avec curiosité autour de lui. Il espérait n’avoir pas à attendre longtemps..
Ses ravisseurs semblaient déterminés mais il savait qu’il pouvait compter sur sa famille et thumb-9774ses amis si une rançon était réclamée pour le libérer. Il ignorait depuis combien de temps il était là. Le coup reçu sur le crâne au moment de l’enlèvement se rappelait à son bon souvenir… Mais il n’était pas au bout de ses peines.
C’est sa pratique de la natation qui finalement le sauva. Sa famille et ses amis n’étant pas parvenus à réunir la somme réclamée, les autorités ne cédant plus à ce genre de chantage, les ravisseurs avaient décidé de l’éliminer un injectant du gaz moutarde dans sa cellule. Plongeur en apnée, il se munit le plus rapidement possible de son pince-nez qui ne quittait pas sa poche et parvint à retenir sa respiration suffisament longtemps pour être encore vivant lors de l’ouverture de la porte et trompre la vigilance des ravisseurs gênés par leur combinaison et leur masque à gaz.

Laurent

La pièce était vide. Dans la maison, il n’y avait aucun bruit. Il fit quelques pas, regardant avec curiosité autour de lui. Il espérait ne pas avoir à attendre trop longtemps… Il était étonné par le bric-à-brac qui l’entourait. Une écope percée servait de pot à une capucine flétrie qui avait connu des jours meilleurs. Un tapis élimé longeait un canapé dont on devinait les ressorts inconfortables. Une pile de livres d’astronomie calaient une table basse faite avec une palette de bois. Les rideaux étaient tellement vieux et sales qu’ils collaient à la vitre.

Soudain, la femme entra, étrangement vêtue.encyclopedie-larousse-22-volumes-en-couleur
                    Voilà, voilà, je suis à vous. C’est pourquoi ?
Il sortit sa liste de son attaché-case :
                    Je viens pour le recouvrement. Vous avez acheté un robot multifonctions, un service de baguettes chinoises en porcelaine de Limoges, 48 verres à pieds du Guatemala, une perruche parlant le hollandais, l’encyclopédie Larousse en 32 volumes, un tapis de massage en piques de hérisson, et j’en passe… La note est astronomique ! On a regroupé tous vos crédits, mais là, depuis huit mois vous n’avez rien payé. Alors ? On fait comment madame Bertignac ?
                    Écoutez, revenez… Mercredi. J’aurai les sous.
                    Sûr ?
                    Oui, j’aurai eu les résultats du Loto.

Emmanuelle

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s