11 – Année 2013 – 2014

Atelier sous le signe du chocolat !! Hummm ! Emmanuelle nous a gâtés en en apportant de fameux que nous avons dégustés tout en écrivant…

1°) Ecrire un  petit texte ayant un sens dont chaque phrase se termine sur le même principe que « Trois p’tits chats – chapeau de paille – paillasson… » en incluant dedans le mot chocolat !

Supplice ou délice

Je planche sur la première consignechoc1
Signe du temps Pascal, il est question de chocolat
La difficulté de l’exercice est de donner du sens
Sensible à ce mets goûteux, je croque du chocolat noir
Noircir alors ma feuille blanche devient un régal
Galéjade ou galère, ma voisine semble perplexe
Exercice de style imposé par Emmanuelle
Elle a choisi de nous faire souffrir avec dégustation
On est habitués à ses supplices mais chacun jour le jeu !

Laurent

 

Shopping entre amies :

J’ai repéré un magasin de chocolatchoc2
haut, dans la rue de l’Argenterie,
Risquons cette gourmandise pas très diététique,
que, autant que moi vous aimez.
Mais brièvement pour ne pas compromettre
maître Régime qui doit nous faire taille fine
Finette, Pâquerette et Doucette, chères amies
mignonnes, êtes vous prêtes avec moi à venir ,
nirvana et bien délicieux intermède,
m’aider à acheter très peu de chocolat?

Christine

 

Je marchais le long du chemin,choc3
Mains déliées et bras ballants,
Lentement bercé par le vent,
Ventricule battant la chamade.
Madeleine apparut au détour d’un buisson.
Son visage, ses lèvres gourmandes,
Mandarine, chocolat, cerise et muscat,
Calissons,brioches, bonbons et paprika,
Capharnaüm de saveurs dans ma bouche.

Elodie

Une pause café-chocolat

Humeur sereine et détendue,choc4
Du délicieux café, bien chaud,
Chocolat noir et amer,
Mérité – ô combien ! –
Bien installée en terrasse,
Rassasiée de bon air,
Ermite solitaire
Terrée dans mes pensées
Saisie par le silence
En ce jour de chaleur
L’heure de la pause...
Ôser tout arrêter,
Taire les idées noires,
Noires comme l’expresso
Solidaire… d’une pause sans brouhaha
A respirer l’air suave
Avachie à la table de formica
Carrés de chocolat et café qui fume…
Humeur sereine.

Emmanuelle

2°) Imaginez un dicton, une fable ou un poème amusant sur le thème de la gourmandise.

choc5J’irai revoir ma gourmandise
C’est le pays du chocolat
Je rêve toujours de friandises
Pourtant mon foie n’aime pas ça.

Pour Pâques, je suis parti à Venise
Manger des pâtes au chocolat
Ensuite je suis parti à Pise
Surprise, la tour ne penchait pas.

Un jour je partira dans la lune
Ouvrir une boutique de chocolats
Je suis sûr de faire fortune
C’est Gagarine qui a dit ça !

Jano

 

choc6Non, non, la gourmandise, ce n’est pas un défaut
Et quoiqu’on en dise , il faut s’inscrire en faux
Oui, oui, la gourmandise est une qualité
Vive les mignardises quand on est alité
Vive les friandises quand on est agité
Vive la gourmandise, non à l’austérité !

Laurent

Fable sur le thème de la gourmandise
Vous me croirez ou pas
Mais tout bon gastronome vous le dira escargot002
De gourmet à gourmand
Il n’y a qu’un seul pas
Qui n’est pas un pas de géant.
Dans les allées d’un potager
Deux gastéropodes vont vous le démontrer.
Là où,
Qui l’eut cru ?
Pour une simple laitue
Une bataille sans pitié
Mit fin à trente ans d’amitié.
Nos amis sortant de l’hiver,
Et les salades de terre,
Dessus ils se précipitèrent.ac696539
Au début c’est d’un air complice
Que sur les batavias ils glissent.
Mais là où la limace fait durer le plaisir,
Ne mangeant qu’à sa faim,
Gardant le surplus pour demain,
L’escargot, de peur de manquer,
Se gave à longueur de journée,
Faisant même des provisions
Dans la maison en colimaçons
Qu’il porte toujours sur son dos
Pour ne perdre aucune occasion
D’en mettre plein son congélo.
Et le voilà, bavant devant les feuilles de chêne,
Se remplissant la panse de scaroles, de sucrine, de mâche même.
Pour la limace, ce n’est pas drôle.salades
« Gastrolâtre, dit-elle, malhonnête,
Voilà ce que vous êtes :
Un goulu, un pifre, un morfal, un pourceau,
Un vorace, un glouton, un brifaud !
Je prétends
Quant à moi
Être un simple gourmet,
Un bec fin appréciant de bien manger pour vivre
Quand vous manquez de savoir-vivre.
Là, tant que vous y êtes,
Voulez-vous des courgettes ?
Des navets ? Du persil ?
Ou bien quelques radis ?
Si vous ne savez que manger,
Dévorez tout le potager !
Cette histoire, hélas, finit comme il se doit.
L’escargot eut une crise de foie.
La limace chaque jour alla à la conquête
Des rangées de roquette,
Et petit à petit rongea le pissenlit
Tandis que se rongeait d’ennui
L’escargot au fond de son lit.
Inutile d’ajouter
Que les pauvres sucrines
Au fond du congélo
N’avaient pas belle mine !

Emmanuelle

3°)  En vous inspirant d’un titre de film ou de livre qui contient le mot chocolat, inventez un petit récit.

Chocolat piment

C’était un grand chef indien qui adorait les mélanges d’épices: c’est lui qui inventa les câpres à la cardamone dont il faisait des gâteaux sublimes, et aussi le chocolat au piment avec lequel il nappait ses poissons.
Sa réputation avait dépassé New-Delhi et était arrivée jusqu’aux confins du continent.

CHOCOLAT_PIMENT_72_50-300x200

Un jour il essaya un entremet où se mêlaient les arômes de rose, de jasmin et de grenade, ce qui était moins étrange que certains autres mélanges. Mais il avait oublié que les alcaloïdes de ces plantes, réagissaient entre eux de façon spectaculaire pour aboutir à un poison violent.
Naturellement c’est lui qui goûta le premier sa mixture.
Il vacilla et tendit la main vers la coupe où la crème parfumée infusait. Puis il s’affaissa dans un râle. Personne n’avait compris son geste.

fiole
Deux autres personnes à sa suite, firent de même et moururent illico.
le commissaire, appelé en hâte, était musulman, alors que le restaurant en cause était hindou pur jus. Est ce médire que de supposer que son enquête fut un peu « orientée »? En tout cas ses conclusions sur les tests culinaires qui avaient été diligentés, mirent en évidence l’amalgame de porc à certains plats, ce qui était évidemment la cause des empoisonnements .
Il incarcéra donc trois personnes qui avaient cuisiné ou acheminé des cochons dans l’établissement, et harcela la femme du chef décédé pour qu’elle lui donne les recettes précises en cours. Malheureusement, la pauvre n’y connaissait rien, mais elle se défendit avec tant de conviction que le ministre (hindou) des relations culinaires fut alerté ainsi que le Parti du Congrès, en émoi. Ce fut le point de départ de manifestations et d’émeutes en chaîne dont je vous passe les détails.

mi
Mais jamais, l’origine de toute l’affaire, en l’occurrence les fameux alcaloïdes, ne fut élucidée. Les commentateurs divers s’en donnèrent à cœur joie pour échafauder des explications fumeuses, dont ils étaient tellement convaincus que, sous leur plume, cohérence , logique et grandiloquence se mariaient presque avec bonheur…

Méfions nous toujours des mélanges trop gourmands !

Christine

 

Crimes et chocolat

Je fis craquer les articulations de mes doigts une à une. Le visage fermé et l’air déterminé. J’approchai de quelques pas. Face à moi, couché à même la table, il ne faisait pas le malin.

J’avançai encore puis le saisis sans ménagement. Le pauvre bougre transpirait déjà et faillit me glisser des mains. Mais je le retins à temps et entrepris de le fracturer morceau par morceau. A chaque craquement, un frisson me parcourait l’échine. Frisson de plaisir tandis qu’un liquide brun et épais dégoulinait le long de mes poignets. Déchaîné, je perdis alors toute mesure et redoublai d’efforts pour le broyer. Jusqu’à n’en faire qu’une bouillie.

Une fois le méfait accompli, j’observai le résultat et jubilai. Ce soir, à l’heure du dessert, la mousse au chocolat serait une tuerie.

 

mousseElodie

Les sœurs Chocolat.

Ce sont mes voisines. Je ne veux pas en faire tout un plat, ni leur casser du sucre sur le dos mais je peux dire qu’avec elle, ce n’est pas de la tarte ! Elles s’appellent Avanie et Framboise Chocolat. . Leurs tenues sont d’un mauvais goût , pas vraiment à la pointe!… Avec leur chien Bobby, elles habitent Chantilly! Leur mari, c’est pas la crème des hommes ! L’un, un véritable malabar est plutôt soupe au lait. L’autre ne fait pas partie du gratin mais il sait tirer les marrons du feu et faire son beurre. Cerise sur le gâteau, il ramène toujours sa fraise ! L’autre jour, saoulé par les aboiements de Bobby, j’ai entamé une discussion. J’avais la pêche mais j’ai décidé d’être tout miel ! C’est vite parti en sucette. Avanie et Framboise sont arrivées, ont mis de l’huile sur le feu. Je me suis retrouvé avec un œil au beurre noir. J’en suis resté baba, comme deux ronds de flan. Une nouvelle fois j’étais chocolat !

Desserts1

Laurent

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s