11- Atelier du 28/05/2013

1) Onomatopées

Aïe! Beurk! Atchoum! Craac! ding dong! Rrrr, Vroum! Zzzzz…. Ecrire un petit texte/poème/chanson en utilisant des onomatopées.

medium_onomatopees

Ding, dong, dong, nous voici en direct de Roland Garros. Pim, pam, pim, pam. Le jeune chinois renvoie inlassablement la balle. Poum ! Le robuste tchèque vient de réaliser un ace ! Pffft. Celle-ci est let! Chut. Chut. L’arbitre demande le silence. Oooh, Oooooohh ! Le public gronde après ce point litigieux.  Tchik, tchak, tchik, tchak, une starlette cannoise mâche son chewing-gum. Rrrr, Rrrr, son copain bodybuildé ronfle allègrement. Drriing, c’est l’heure du réveil pour la balle de match. Atchoum ! Un spectateur perturbe le serveur. Poum ! Un ace pour conclure une partie mené sur les chapeaux de roue. Vroummm…vroumm… Aïe…aîe…aîe. Le numéro 1 mondial est toujours au top !

Christian

Gloup, gloup, gloup…Onomatopees_song_400x400
Heu, bon, en alexandrain, ça fait long !
Miam, miam, miam…
Mais c’est tellement drôle de parler ainsi.
Croutch, croutch, croutch…
C’n’est pas si facile, t’es habituée !
Gloup, miam, croutch…
Le prochain atelier, on parle en 12 pieds !
Rhôôôôôôôôô…
Oups, pardon, veuillez m’excuser, je suis confus…

Cicé
Roméo, homo patenté tata l’homéopathe athée.ono
Mon pote l’ a juste tapoté, même pas tripoté.
L’homéo pas tenté tapa l’homo.
Pif, paf, sur son pif a frappé.
Il l’a tapé, quel toupet !
L’omoplate a pété! Stop !
L’ homme au plâtre a testé
Les onomatopées!

Laurent

 

Berk ! C’est la soupe à la grimace.onomatop%E9es
Aïe…! Un moustique qui vous agace.
Atchoum ! Le rhume qui vous glace…
Youpi ! Vous ne tenez plus en place.

 Crac ! Votre jean se déchire…
Ding ! Dong ! L’horloge qui soupire.
Coa… Les crapauds qui délirent.
Vroum, vroum ! Les moteurs de vrombir.

 Rrrrr… Votre chat qui ronronne.
Zzzzz… A la sieste on se pelotonne.
Drrring ! La sonnerie qui résonne.
Bzzz… Une mouche qui fredonne.

 Plic ! Ploc ! La pluie sur la toiture.
Clac ! La porte claque sur l’aventure.
Houh, houh… Le vent dans les arbres murmure.
Chut ! Seul le silence me rassure.

Emmanuelle

Cheval_Hue_Mour

Hue cheval!
Quel bourricot!
Crac! boum! avance
Et puis : zut!
Bof, pas grave après tout, allez zou!
Et ron et ron, petit patapon,
te gêne pas, je t’entends ronfler d’ici!
zzzzz…
Tu veux bien avancer!
Allez hue cheval !!

Christine

2) le premier propose un mot, le deuxième un mot qui rime avec le précédent, le troisièe un nouveau mot et ainsi de suite. Voici les mots imposés :
blague/vague – ciel/miel – cerise/frise – fraise/plaise – nourriture/aventure

La cerise sur le gâteauIMG_2380
C’est mon fiston Matéo
Tombé du ciel
Comme une aventure
Il est le miel
De ma nourriture
Sa bouche en fraise
Me dit mille blagues
Et je ris d’aise
Quand il divague.
Ne vous déplaise
Il me défrise
Il est balèse
C’est ma cerise !

Cicé

Non ce n’est pas une blague ! gratte1
Elle s’appellait Cerise
Et rafollait des fraises
Pour que ses cheveux frisent
Pour ne pas faire de vagues
Et qu’enfin elle plaise
Pour seule nourriture
Elle savourait du miel
En quête d’aventure
En haut d’un gratte-ciel.

Laurent

pirate007Ras le bol du vague à l’âme, je me vois mal dans l’immédiat sucrer des fraises que cela vous plaise ou non. Moi, je veux des ciels immenses, des nourritures terrestres à foison, un goût de miel et d’aventure dans la bouche. Je veux, tel un vieux pirate qui a écumé les sept mers sortir ma blague à tabac, bourrer ma pipe en regardant le large, oui, je veux encore rêver d’absolu, que ça vous frise, vous défrise, vous coi ou bien béat.

Christian

 

     Sans blague

Pour toute nourriturecerises_et_fraises
Ce soir en écriture
Pas de crayons ni plumes
Mais une autre aventure
Car à très vive allure
Une vague d’effluves
Surprendra nos narines
Un panier de cerises
Accompagné de fraises
Nous mettra vite à l’aise,
Ciel, le miel nous frise les babines !

Géraldine

 

J’ai la vague dans l’âmevague-a-l-ame
Le ciel est descendu dans mon regard.
Ce n’est pas du miel qui sort de ma bouche.
Et que cela vous plaise ou non,
Pas des blagues non plus.

Cette aventure commune,
Se rise des prunes,
Et frise la fraise.

En clair, me gonfle les voiles.

 Je vous l’ai dit,
Que cela vous plaise ou non,
J’ai le vague à l’âme,
J’ai perdu ma bonne étoile.

Solange

claLes cerises, cette année, mûrissent sur plusieurs
vagues, ne vous en déplaise.
Je vais inventer des clafoutis d’aventures, plein de
fraises couleur de miel, de fleurs de ciel et de
blagues à base de nourriture.

Christine

Normal

C’est quand la foule rit et blaguesucrer
Seul sous le ciel avec son vague
à l’âme.
On bâtit en Espagne des châteaux
et la foule se contente de la cerise
sur le gâteau
Pas de blâme, que du miel
Le monde est comme une longue frise
A Dieu ne plaise
La nourriture a remplacé l’aventure
et les cerveaux sucrent les fraises.

Emmanuelle

Emmanuelle

3) Et pour finir l’année à la bibliothèque avant l’atelier « écriture dans le pré » du 16 juin, tout en dégustant toutes les spécialistés apportées par chacun, nous écrivons quelques cadavres exquis !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

L’ âne

L’âne ne voulait pas avancer. Peut-être à cause du soleil qui tapait fort; il avait pourtant un petit chapeau, percé pour ses deux oreilles.
Il ne voulait pas avancer, mais ça pouvait s’expliquer. Un âne en bois n’est jamais qu’un jouet. Mais cela, l’enfant ne voulait pas le comprendre .
Alors, il n’avait de cesse de fouetter vertement la pauvre bête, qui restait de marbre, bien quede bois… En fait, c’était le propriétaire de l’âne qui avait la gueule de bois, se prenait pour un enfant sur un cheval à bascule. Mais le 29 février, tout est possible ! En ces temps de frimas qui nous laissent de glace, il fallait faire feu de tout bois pour jetter au bûcher l’âne martyrisé;  le propriétaire de l’âne, qui avait une gueule en bois, et qui était un salopard, un vrai, mit le feu à sa gueulepour brûler l’âne, mais la presse, toujours aux aguets, brûla le salopard – au sens propre comme au sens figuré. Les articles l’incendièrent et la foule le mit au bûcher…

Quelle histoire ! Ils n’avaient sans doute rien d’autre à se mettre sous la dent; car «C dans l’air»y consacra deux émissions et Fréderic Taddei deux heures de discussion. Les quotidiens et les journaux télévisés ne s’arrêtèrent que lorsqu’une vachette mal embouchée encorna un spectateur et qu’arrivérent des photos d’une guerre lointaine et horrible .

 

IMG_2396 IMG_2398

      Voyage fantastique

Je suis montée dans le train, mon billet à la main, à la recherche du numéro 37, côté fenêtre. Ne trouvant pas, malgré mes aller-venues, j’interroge un contrôleur qui m’informe que le numéro 37 n’existe pas. Et pour cause…

 « Où allez-vous ?
             A Perpignan.
             Vous n’êtes pas dans le bon train, monsieur.
             Ce serait quoi, être dans le bon train ? »

Le contrôleur ne comprend visiblement pas l’allusion que je fais. Trouver un train qui ne mène nulle part, même pas ailleurs, nulle part.
Qui aille vite, très vite, pour arriver au pays de Dali, c’est à dire ailleurs.
Je consulte ma montre. Elle est toute molle. Jusque là, je suis toujours dans le train. Mais le contrôleur a une drôle de tête carrée. Finalement, je descend du train.
Autant faire du surplace qu’aller nulle part.

         IMG_2379 IMG_2381

               Saisons

J’ai connu des printemps plein de fleurs et d’espoirs
J’ai connu des printemps plein de pleurs et de poires
Et puis il y eut des vents marins sans étoile
Des chevauchées maritimes sans écume
Et puis survint l’automne et ses réveils nocturnes
Et l’hiver s’installa glacé jusqu’à la moelle
J’ai alors connu le givre, la neige gelée
Et l’attente du bruit de la cloche fêlée
Seule avec moi-même je rêvais m’évader
Connaître d’autres cieux, d’autres irridescences
Des horizons zébrés de galions en partance
Sur les mers étales, des marins courageux
Partant vers le royaune du Levant.

IMG_2376 IMG_2375

     Cloche merle

Arrivé au sommet du pommier, l’enfant se balançait songeant à ce que lui avait dit le grad Lebrac. Les voisins de Saint Paul étaient venus pendant la nuit et avaient écrit en gros sur le mur de la mairie : « Les Montarnéens sont des couilles molles. » Le grand Lebrac est-il un prophète ? Ou un délinquant ? Toujours est-il que l’enfant n’allait pas se laisser insulter. Il descendit dare dare du pommier. Chemin faisant, il se demandait ce qu’il pourrait dire de mieux. Saint Paul a 3 carrioles. Montarnaud préfère les bols.  Finalement, il trouva la formule à taguer sur le monument aux morts :
« Morts de trouille à Saint Paul, Montarnaud se gondole ! »

IMG_2369 IMG_2366

   Le peigne

Souvent il regardait son peigne comme un objet antique. Cela lui rappelait un autre temps, un été de foins sur les causses. De l’agriculture à l’objet de toilette, il n’ y a qu’un pas qu’il franchissait allègrement. A l’époque, il vait, je le sais, les cheveux lons et des pattes d’éph. Le style yé-yé, l’époque où il avait voulu revenir à la nature, élever des chèvres et vendre des petits picodons.

A l’époque, il n’avait pas de peigne, tout allait à la va comme j’te pousse, et vive la liberté. Son peigne à vrai dire ne lui rappelait pas un peigne, non, mais le poignard de cet été meurtrier. Ca c’était autrefois. Mais aujourd’hui, j’vous dis pas, plus besoin de peigne parce que plus un poil sur le caillou. Depuis cet été là, 30 ans à l’ombre ! Il sortait aujourd’hui. Il allait enfin voir ce rebouteux qui lui promet de faire renaître son antique toison. Mais un mois plustard, n’étant pas du genre à couper les cheveux en quatre, comme le rebouteux échoua, il « coiffa » le rebouteux avec un autre « peigne » à cran d’arrêt et en reprit pour 30 ans !!

      IMG_2364 IMG_2361        Amazone

Nous nous étions connus dans la moiteur de cette nuit tropicale, mûs par le désir des gradns fauves d’ Amazonie. Je l’ai revue quelques jours plus tard sur une plage de Rio et j’ai été quelque peu déçu ! La lionne Amazonienne avait perdu de son charme et ne parlait plus que favellas et gamins des rues. J’ai tenté quelques approches qui auraient pu faire revivre nos aventures forestières. Mais non « tu voulais changer le monde! » Mère Thérèsa, guère plus jolie, et pas aussi efficace.

Finalement les lionnes, ce n’était pas pour moi. La chasse à l’éléphante, je n’ai jamais essayé.

« Allez, demain, j’y vais !
– Tu vas où?
– Au parc de le tête d’or. Il paraît qu’ils n’ont pas euthanasié les bestiaux et les ont envoyé à Monaco. »

Sur le rocher aussi, rôdent des fauves, y serai-je dans mon élément ? Moi qui rêve d’amour, de fièvre tropicale, de fauves d’ Amazonie abrutis de soupirs; toi, tu ne m’as pas laissé un Rio sans désir.

IMG_2361 IMG_2403

                         Couche-culotte

Peur d’être en retard, je cours vers la gare, tirant ma valise et fermant de l’autre main les boutons de mon manteau. Dans ma précipitation, je me trompe de rue et je nm trouve prise dans une manifestation. « Non aux couche-culottes! Non aux couche-culottes! » Une armée de révolutionnaires s’insurge contre l’emploi de ce procédé rétrograde chez les bébés. Pourquoi rétrograde ? Quand les adultes sont infantilisés, les bébés ont bien raison de manifester. Leur porte-parole, le Roi Dagobert, monte alors sur l’estrade, s’empare du micro. Tant pis, je ne l’aurai pas ce foutu train. Je l’écoute. Et là, force est de constater, ils ne sont pas tombés de la dernière averse. L’écologie est convoquée, l’industrie textile locale, la prévention de l’érythème fessier…personne ne peut rester insensible. D’autant que les recherches génétiques permettent actuellement de prévoir la probabilité de cette maladie.
« Vous vous demandez pourquoi je porte ma culotte à l’envers ?, conclut enfin Dagobert. » Personne ne se posait la question mais ma foi, je veux bien la réponse…
« Eh bien, en tant que bon Gascon, c’est la façon chez nous de faire la lessive : un mois à l’endroit, un mois à l’envers… après on n’a plus le choix : on lave ! »
Et j’ai raté mon train pour ça !….

IMG_2395 IMG_2394

FIN

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s