06- atelier du 11/01/13

Quelques absents pour cet atelier, les rigueurs de l’hiver… Mais toujours une grande motivation pour le activités proposées.

1er atelier de l’année oblige, des voeux: une bonne année , ce serait quoi pour vous? Dans la forme qui vous plaira, essayez de distinguer ce qui ferait vraiment de cette année 2013 un très bon cru…

Une très bonne Année
Ce serait cela pour moi

« De l’intensité ma bellerebelle2
Oui de l’intensité à la pelle.
Par contre modère ton côté rebelle
Et ménage toi une bulle-refuge
Pour toutes les fois où ça urge. »

Solange

mainPour cette nouvelle année, mais si ça marche, pour toutes les autres aussi, j’aimerais tant une complicité totale avec mon ours bourru. Sur le même diapason, comme une seule et unique corde de guitare, cheminer, main dans la main, malgré les embûches et jusqu’au bord des falaises. Et au son de cette sérénité, couler ensemble des jours heureux.

Cicé

Christian, en cette année de grâce 2013, sois patient, pondéré, profite de l’instant présent,portee prends du plaisir en faisant du sport, de la musique ou de l’écriture au sein du merveilleux Ecrit-tôt. Prends soin des gens autour de toi, sois rentier afin de réaliser au mieux les souhaits énoncés présentement !

Christian

 

Une bonne année, ce serait une successionbebe-dubai
de beaux rendez-vous…
Du plus petit au plus grand
Du plus innattendu au plus convenu…

La venue d’une enfant attendue par ses parents,
perle fragile au milieu des turbulences
de ce grand monde et de ses importances…

Le franchissement de l’hexagone en diagonale,macro-divers-arbre-judee-bourdon-img
Du Sud à l’Est, et puis du Nord au Sud
Revenir au point de départ et se retrouver
Devant le feu de cheminée à voir danser
tant de visages rencontrés ou manifestés
Et rester héberluée…

Guetter l’arrivée du printemps dans l’air du ciel,
la lumière du soir, le frémissement du bois
prêt à éclore en fleurs de Judée…
Penser au temps qui court librement,
Se moque des frontières, de l’âge des gens…
Pour chaque année nous offrir la grâce d’un recommencement!

A vous de jouer… la Bonne Année.

Cathie

cf22e8b2Quel bonheur de t’envoyer des vœux d’une vraie Amie qui te souhaite d’en avoir plein comme moi et dix fois meilleures que moi !…
Je te souhaite encore de savoir cultiver ces amitiés, ces rencontres délicieuses avec ceux qui ne sont pas encore tes amis. De savoir leur parler, leur répondre, rire avec eux et aussi leur pardonner leurs maladresses, leurs faiblesses.
Enfin, ne pas avoir d’ennemis, ou bien de savoir si bien les apprivoiser !…
Que 2013 soit une très bonne année-amitié !

Christine

Des vœux à moi même

Une année inspirée, voilà mon vœu pour 2013. Que cette nouvelle année se présente ecrire_sans_raisons1comme une « nouvelle » avec des idées qui fusent, un scénario bien ficelé, les mots qui viennent tout seuls, des personnages criants de vérité, un enchaînement de situations, des péripéties et des rebondissements, des illuminations, un style inimitable, la pâte d’un chef d’œuvre et des chutes spectaculaires… avec toujours, plus que jamais, le plaisir d’écrire.

Emmanuelle

494935bonneannee2013gifanimedentelledelune3Pour cette nouvelle année, pour  bien vous mettre à l’aise
Il vous faut choisir les vœux qui vous plaisent :
Chausser des charentaises ou filer à l’anglaise
Escapade camarguaise ou rando népalaise ?
Une virée finlandaise,  une ballade congolaise ?
Un bon poulet basquaise à la sauce béarnaise
Une pizza calabraise à la sauce bolognaise ?
Escalope milanaise et moutarde dijonnaise
Fouace aveyronnaise,  piperade bayonnaise
Charcuterie lyonnaise, tapas barcelonaises
Goûter  simplement aux saveurs libanaises
Et déguster des fraises dans les fumées havanaises
En arrosant le tout d’une vodka polonaise ,
gif-anime-bonne-annee-2013-gratuit-6930987D’une bouteille bordelaise, d’une liqueur de mélèze
D’une boisson écossaise ou alors irlandaise !
Chanter la Marseillaise ou bien la Paimpolaise ?
Danser la javanaise avec un mec balèze
Écouter des fadaises, écrire des foutaises …
Ach’ter de nouvelles chaises, relire la Genèse
Accrocher aux cimaises vos estampes japonaises
Lire un Corto Maltese en chantant un fa dièse ?
Ou imiter Cicé en barbotant la glaise
Apprécier les massages d’une jolie Thaïlandaise
Ou jouer les fakirs en marchant sur la braise
744554voeux2013Et  se couvrir le corps de milliers de punaises
En évitant  de glisser du haut d’une falaise…
Enfin trouvez un truc qui vraiment vous apaise
Qu’elle ne soit pas mauvaise, surtout ne vous déplaise
Pour toujours être à l’aise cette année 2013 !

Bonne Année

   Laurent

2) Un jardin qui vous trotte dans la tête…. Que raconteriez-vous de votre jardin ? Un jardin d’aujourd’hui ou d’autrefois, jardin privé ou public, jardin secret…potager…à l’abandon…d’enfants…d’ Eden

Le grand parc
Il est immense ce parc, jardin luxuriant illuminé par les massifs de fleurs, les prunus bordeaux et l’ampélopsis touffu, avec de hauts murs tout autour.

Qu’il est grand, ce jardin, qu’il est beau.monique3-jardin-magazine-621426
Un paradis.

Certains arbres montent jusqu’au ciel, comme dans l’histoire du haricot magique. Mais ce sont des sapins au tronc droit, impossible de grimper dessus. Je t’imagine, petit garçon de huit ou dix ans, courant seul sur la pelouse.

Il y a un ballon peut-être. Et les prunes à manger dans l’arbre. Un chat sans doute. La nuit venue, les étoiles pour rêver. Mais il n’y a pas d’ami pour jouer.

enfants-jardin Dans le silence du grand jardin tu penses au petit jardin. L’autre, celui qui se trouve derrière, dans la rue adjacente. Tu entends les rires des enfants. Leurs cris de joie. Leurs jeux résonnent tout au long de l’après-midi. Tu sais que certains ont ton âge. Tu les as parfois croisés sur le marché. L’un d’eux ressemble à ton grand-père.

Tu aurais aimé leur parler cette fois là. Tu as fait un geste pour t’approcher. Mais leur mère les as entraînés, sans un regard vers toi. Tu as regardé leur silhouettes disparaître. Tu as cru voir l’un d’eux tourner la tête.

Lorsque tu es revenu dans ton grand jardin, il t’a paru plus grand que d’ordinaire. Tu as joué avec les arbres. Du haut du sapin, tu aurais pu voir le petit jardin. Mais sur l’écorce du tronc, tu t’es juste écorché les mains.

Tu as joué avec les premières feuilles mortes.
Qu’il est grand ce jardin.
Qu’il est beau.
Un paradis… Ou une prison.

Emmanuelle

23435

Le jardin de mon enfance était tout plat, et l’on pouvait facilement y courir en trottinette. Il y avait une balançoire et un trapèze où l’on s’exerçait au « cochon pendu ». Mais par-dessus tout il y avait des arbres délicieux où l’on pouvait grimper facilement ou moins facilement. Mais l’on pouvait alors se construire une mini-cabane et s’interpeler de l’une à l’autre : « cette branche est à moi ! Il est interdit d’y passer ! » Mais celle-ci est publique. Et l’on changeait de stratégie d’un jour à l’autre pour découvrir, à travers les branches, un itinéraire plus aventureux, plus insolite, plus délicieux… Ou bine un autre arbre, comme celui qui avait des petits fruits comme des poires, mais qui était très périlleux, et réservé aux « très grands » ou aux « très doués ».

Ce jardin là avait bien d’autres attraits, et parmi eux, surtout celui de me rappeler  les douceurs de l’enfance, des jeux en famille ; des parties de cache-cache et des goûters dans les arbres.

Christine

Un jardin

C’est un grand jardin à la françaisePavillon-de-fantaisie_w641h478
Ses allées bien droites
Courent proprement d’un bout à l’autre du domaine.
Petits cailloux blancs et bordures de buis,
Des heures et des heures d’attention en ont fait
Cette étendue harmonieusement organisée.

Le regard glisse en douceur d’une masse rose tendre
Au joyeux désordre des marguerites blanches
Puis s’arrête étonné, sur les tulipes racées

Les senteurs, les couleurs semblent se pousser du coude
Et du col- pour pavaner, exulter.
C’est la vie qui jaillit là, dans sa magnificence.

Le-jardin-a-la-francaise_w641h478 Et pourtant,
Si je le veux,
Je peux faire abstraction du temps qu’il a fallu pour créer cet espace.
Je peux, si je le veux
Imaginer l’énorme tas des mauvaises herbes arrachées,
Les orties et les ronces refoulées, les branches taillées ;
Je peux si je le veux retourner aux origines
Et revoir
Ce terrain vague, vaguement morne qu’il fut autrefois.

Mais je reviens  au présent
Préférant savourer l’harmonie, évidemment
Plutôt que le néant qui cerne l’instant

Solange

figuierUn grand figuier en plein centre, aussi vieux que moi, et qui depuis toujours nous nourrit de fruits frais et de confitures. Les pieds dans le sable, il ombre de sa large couronne de plantations plus basses, de lauriers et de fleurs diverses, entretenues par grand-mère. Au fond, dans un raie de soleil, une ligne bien droite d’arachides. Une expérience réussie, semble-t-il, de grand-père pour goûter quelques cacahuètes fraîches. Dans un coin plus humide, un eucalyptus prend son élan vers le ciel, dégingandé, comme un adolescent, d’avoir poussé trop vite.ancien,four,a,pain

Contre le mur de la maison, sur lequel s’adosse ce jardin, un modeste four à pain, qui tel une boîte magique, nous délivre chaque fois qu’il s’ouvre de délicieuses pizzas, quiches et tartes fumantes. C’est ici, vous l’aurez deviné, le jardin des délices de Pépé-Mémée.

Cicé

W45441N2Je me planque sous les coloquintes
Arrose mes rangées de jacinthes.
Mon monologue de jardinier
Somnole sous les bananiers
Dans le jardin d’Epicure,
A l’est d’Eden, sous l’azur,
J’irai planter mes aromates
Biner mes pieds de tomates.
A l’heure dite sous la tonnelle,
Sur la table, des baies d’airelles,
Du chasselas, maintes reinettes191
Quelques chanterelles en goguette.
Toujours cultiver son jardin,
Se préserver du bruit au loin,
Fouler la terre, pétrir la glaise,
Renaître encore sous les cimaises.

 Christian

Il habitait rue des courgettes à Orange,  s’appelait Alexandre Jardin, comme l’écrivain, mais  n’était pas du style « grosse légume » bourré d’oseille ; c’était plutôt le genre ‘légume’, et sans un radis ! Même si ce ne sont pas tes oignons, je dois te le présenter, sans te raconter de salades.

Plutôt  bonne poire, pas gâté par la vie, l’Alexandre, et peu cultivé…Mais pas bêcheur pour un sou !  Faut dire qu’il avait un pois chiche à la place du cerveau et  qu’on le traitait souvent de « cornichon » ou de « courge ».

QUIZ_Le-vieux-dans-la-litterature_3914

Haut comme trois pommes, fin comme une asperge ; jeune, il avait les cheveux blonds comme les blés, parfois la banane ; la binette rouge comme une tomate, les joues labourées par le temps, les oreilles en feuille de chou, le nez en patate, les yeux en amande malgré ses lentilles. Avec ce physique, pas de pot : il se prenait souvent des râteaux, jamais la bonne pioche. Il n’a jamais pu semer la petite graine…

Il avait pourtant la pêche ! Un peu dur de la feuille, un chapeau melon sur la tête, il passait ses journées à faire le poireau au ciné pour y voir des navets avec Jean Dujardin. Sa feuille de chou préférée : Rustica. Sa B.D : le concombre masqué. Son émission télé : l’amour est dans le pré. Ses  films culte : la soupe aux choux et la course à l’échalote. Ses chansons : salade de fruits et le temps des cerises. Son dessin aimé : Popeye. La nana de ses rêves : Edith Cresson.

Souvent garé en double-file devant le primeur, il collectionnait les prunes, c’était le chouchou des aubergines ! Mais jamais le panier à salade !

Et puis, hier, une histoire à la noix : après un repas trop arrosé, alors qu’il y avait une véritable purée de pois, il a trop accéléré sur le champignon… Résultat : les carottes sont cuites, c’est la fin des haricots ! Il ne ramènera plus jamais sa fraise car il mange dorénavant les pissenlits par la racine !…

Finalement, il va me manquer l’Alexandre car il avait un cœur d’artichaut. C’était mon meilleur pote âgé !…

Laurent

3) Objets hétéroclites : le voisin écrit trois objets utiles du quotidien. En utilisant ces objets, on écrit un texte commençant par :

Finalement, Roger n’est pas venu hier soir.0bbad5ff

Finalement, Roger n’est pas venu hier soir. Il nous avait prévenu par mail, mais je n’avais pas allumé l’ordinateur. Nous l’avons attendu en vain, et d’impatience je n’ai cessé de fatiguer le feu à coup de tisonnier, et Titi a complètement mâchouillé son crayon.

Cicé

4C26289BD15FB8FD45A84D36BC27A0Finalement Roger n’est pas venu hier soir
Il a du oublier de faire sonner son réveil et ne s’est pas levé à la tombée du jour.
Car, il faut savoir que Roger est assez décalé et même complètement à l’ouest.
A tel point que pour son anniversaire, je lui ai offert une boussole.
Mais ça n’a pas changé grand-chose car hier matin, je l’ai aperçu en slip dans la grand
rue. Ceci explique cela : il a pris froid et n’est pas venu hier soir .

Solange

Finalement, Roger n’est pas venu hier soir. Ce n’est pas habituel chez lui. Il prévient arrosoir-06921toujours quand il a un imprévu. J’ai su finalement qu’alors qu’il sortait ses clés pour rentrer chez lui, il s’est fait agresser à coups de cuillère en bois. Mais tu connais ce gaillard de Roger, il a immédiatement répliqué à coups d’arrosoir faisant fuir illico son agresseur. Il a été quand même remué, notre Roger, après cet épisode rocambolesque, il en a même oublié notre rendez-vous.

Christian

dessin-d-une-theiereFinalement, Roger n’est pas venu hier soir. Nous étions tous réunis sur le tapis avec un stylo, une théière fumante et des gâteaux, pour écrire et pour fêter le retour de notre anglais voyageur. Il y avait si longtemps que nous ne l’avions pas vu, tu sais bien. Quand nous lui écrivions, il nous répondait toujours d’un des 4 coins de la Terre. Mais il devait terminer son périple par notre tapis et un dernier échange d’aventures. Il y a du avoir des alizés contraires. Il nous le fera savoir et nous te préviendrons. Car cette fois-ci nous comptons bien sur ta présence, n’oublie pas.

Christine

Finalement, Roger n’est pas venu, hier soir. Ça tombe bien, je l’avais invité par pure 10742047-portrait-d-39-ingenieur-masculin-avec-un-crayon-derriere-l-39-oreillepolitesse. Je ne sais pas pourquoi d’ailleurs… Qu’est-ce qui m’a pris ! On se voit toute la journée au boulot. Je devrais avoir ma dose. Mais bon, je faisais un apéro dînatoire, j’avais invité du monde chez moi. Je m’étais fait des plans. Il est pas mal après tout… Quoiqu’en y regardant de plus près. Un mec qui a un crayon derrière l’oreille et un sac à main, c’est plutôt rédhibitoire. Vraiment il ne valait pas que je fantasme sur lui.

Et quelle impolitesse ! Pas un coup de fil, rien, même pas un texto. J’avais l’air malin après avoir raconté à toutes mes amies que Roger viendrait. Bon, c’est vrai, j’en ai un peu rajouté, laissant entendre que… Roger et moi… Alors évidemment, ça m’a gâché la soirée ! J’ai même renversé la théière, il a fallu chercher une éponge.

Les plans sur la comète avec les collègues de bureau, terminé ! Quoiqu’il y a un petit nouveau en ce moment, un stagiaire… Un certain Kévin. Et si je l’invitais à un brunch, dimanche ?

Emmanuelle

w1rhf5wdFinalement, Roger n’est pas venu hier soir. Et pourtant j’avais bien insisté…il pouvait arriver tard et se décider à la dernière minute, c’était une soirée décrochage de tête! Juste rentrer à la maison … attiser le feu, faire chauffer la bouilloire et s’installer devant la flamme… entendre la musique qui irait bien … me laisser le temps de la trouver, le temps à la nuit d’arriver … le temps d’avoir envie de me déplier du canapé pour improviser un dîner en interrogeant le frigo…les légumes de l’escalier, les réserves du placard… Accorder les mets au temps, au rythme choisi, à la visite annoncée…

Un coup d‘éponge sur la table, le couteau pour éplucher les pommes et c’est parti! Le dîner sera sucré-salé quoiqu’il arrive… Il me faudra penser à retrouver la loupe en prévision de la broderie commandée… même s’il ne vient pas la soirée se poursuivra tard et sans regarder l’heure! Ce frangin toujours égal à lui-même…

Cathy

Finalement, Roger n’est pas venu hier soir. La neige qui n’a pas cessé de tomber depuis 5dff2bb7trois jours bloque les routes. Julie peste. Elle fulmine en faisant slalomer son fer à repasser sur la chemise de Roger. Soudain, un obstacle gêne la progression de l’engin. Trois coton-tige dans la poche de chemise!… Julie n’a pas le temps de se demander ce qu’ils font là que le son d’un clairon retentit devant sa porte. Elle ouvre, c’est Roger, jamais le dernier pour faire une blague !!….

Laurent

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s